facebook

25 mars 2015

by Anthony Lacroix / / Published in Anthony Lacroix

Pardon de mon absence, je parle à plusieurs artistes de la région en ce moment. De l’art, de la vie de ce que c’est qu’espérer quelque chose de grand. J’écris aussi. Un peu, beaucoup, des ratures surtout. Et je m’implique dans la grève qui vient d’être votée à l’uni, ainsi que dans la nouvelle revue littéraire de l’université.

J’envie ces gens qui vivent de leur art. Qui passent leur temps en réunions pour le faire vivre. J’ai perdu un peu ce courage-là et cette estime en ce que je fais. Je ne sais pas si je l’ai déjà eue, en fait. Depuis que j’ai commencé ce journal, il y a des gens qui m’écrivent pour me partager leur travail, ça me fait plaisir, mais je ne comprends pas pourquoi moi. Je l’ai dit à plusieurs en ce moment: j’ai hâte d’avoir 70 ans, que ma carrière soit derrière moi et que je n’aie plus à faire mes preuves.

En attendant, une amie, Maude Veilleux :

La grande nuit virtuelle de la poésie – Poème Sale – Maude Veilleux from maude veilleux on Vimeo.